Les Faits

RETOUR À 1993

Que savons-nous ?

La disparition de Tanja Groen en 1993 est une affaire qui occupe les esprits depuis 27 ans. Qu’est-il arrivé à l’étudiante de 18 ans ? Que savons-nous ? Quels sont les faits ?

Tanja Groen n’était dans le Limbourg que depuis quinze jours lorsqu’elle a disparu à Maastricht. Elle vivait en fait à Schagen, dans la province de Hollande-Septentrionale; et elle était la plus jeune d’une famille de quatre enfants. Tanja allait étudier les Sciences de la santé à Maastricht, à l’université de la Tongersestraat, et avait donc emménagé, à la mi-août 1993, dans une chambre à la Rijksweg 66-B dans le village de Gronsveld, dans la vallée de la Meuse, à environ six kilomètres au Sud de Maastricht. Elle y vivait avec une autre étudiante et son propriétaire, deux personnes qu’elle ne connaissait pas avant cette période.

Vous avez un tuyau ?

En savez-vous plus sur la disparition de Tanja Groen ?

  • En savez-vous plus sur les circonstances de sa disparition ?
  • Savez-vous qui pourrait être impliqué ? Savez-vous où se trouve son corps ?
  • Ou bien avez-vous d’autres idées ou informations qui pourraient éclairer ce mystère ?

Alors aidez à ramener Tanja Groen à la maison.

La journée de la disparition.

reconstruction

Avant qu’elle ne commence vraiment ses études, il y avait eu une semaine d’introduction et Tanja avait participé à toutes sortes d’activités. Le mardi 31 août 1993, jour de sa disparition, l’étudiante aux yeux bleus s’était rendue à vélo de Gronsveld à Maastricht pour une fête de l’association d’étudiants Circumflex dans un bâtiment situé Herbenusstraat 9 dans le Statenkwartier. Elle avait garé son vélo dans la Capucijnenstraat, qui croise la Herbenusstraat. Rien de spécial n’est arrivé à la fête. Elle n’avait presque rien bu. Vers minuit ce soir-là, quelques étudiants ont vu Tanja quitter Circumflex – seule. Elle a grimpé sur son vélo et a roulé dans la nuit vers le Vrijthof. Depuis, plus aucune trace d’elle. On ne sait pas exactement quel chemin Tanja a pris ; il y a plusieurs possibilités. Il n’est pas non plus certain qu’elle se soit rendue directement à sa chambre à vélo, bien que l’on ait supposé cela.

Alarme

Il faudra un certain temps avant que la disparition ne soit réellement découverte et que l’alarme ne soit donnée. Les parents de Tanja, Corrie et Adrie Groen, pensaient à Schagen que tout allait bien. Le jour de sa disparition, Tanja avait téléphoné à sa mère pour lui dire qu’elle ne rentrerait pas le jeudi, mais le vendredi en raison de ses obligations pendant la semaine de festivités. Ses camarades de classe n’avaient pas non plus remarqué son absence. Les étudiants ne se connaissaient pas encore vraiment et, pendant une telle semaine de fête, il est évident qu’il n’était pas rare que quelqu’un fasse la grasse matinée après être rentré tard.

Déclaration

Ouders van Tanja in Maastricht

Les parents de Tanja et le détective Ben Renckens à Maastricht

Ce n’est que le vendredi 3 septembre 1993 que les parents de Tanja ont reçu un appel d’un camarade de classe leur demandant si Tanja était à Schagen, car il ne l’avait pas vue depuis quelques jours alors que les cours avaient commencé. Le soir même, Corrie et Adrie ont signalé la disparition à la police de Schagen et sont partis immédiatement le lendemain, samedi, pour Maastricht et Gronsveld, sans se douter à l’époque que la disparition de leur fille resterait non résolue pendant des décennies.
Une inspection de sa chambre a révélé que tous ses vêtements y étaient encore, ainsi que sa brosse à dents, sa brosse à cheveux et d’autres articles d’hygiène personnelle. Le passeport de Tanja était aussi dans la chambre. Son lit n’était pas défait et son sac à dos avec ses livres d’étude était encore non déballé.

Le vélo de Tanja

Le vélo de Tanja était une bicyclette noire pour dames « de troisième main », qui avait été repeinte à la main au moins une fois. Elle l’avait reçu d’une connaissance à Schagen. Il n’y a pas de description exacte. Il y avait un autocollant indiquant « Cheesetown ». C’était un vélo sans vitesses avec un frein à rétropédalage. Le cadre a été gravé avec le code postal 1814 CG, qui fait référence à une adresse à Alkmaar.

Bien que l’émission de télévision de Peter R. de Vries ait offert une récompense de 5 000 florins pour la recherche de la bicyclette trois ans après sa disparition, celle-ci n’a jamais été retrouvée. Cependant, l’affiche de l’enquête mentionnait le code postal 1815 CG par erreur, au lieu de 1814 CG. La probabilité que la bicyclette soit encore quelque part est négligeable. La police judiciaire estime que Tanja a été enlevée avec son vélo par un malfaiteur. Si Tanja avait été brusquement attaquée sur la route par un agresseur, qui aurait voulu commettre un délit sexuel par exemple, il est plus probable que la bicyclette aurait été laissée dans un endroit bien visible et qu’elle aurait été retrouvée. Ce scénario n’est néanmoins pas impossible.

Rien n’a été retrouvé

Tanja Groen avait un compte bancaire, mais aucun argent n’a jamais été retiré de son compte. Sa carte bancaire, sa carte d’abonnement annuel OV aux transports publics, son sac, ses vêtements, ses clés et son sac n’ont également jamais été retrouvés. Peu avant son départ pour Maastricht, Tanja avait commencé à voir un jeune de Schagen, mais cette relation n’avait pas duré.

Au cours des deux semaines précédant la disparition, aucun incident suspect ou visible n’avait été signalé. Comme Tanja ne séjournait à Maastricht/Gronsveld que depuis très peu de temps, on soupçonne que sa disparition est un événement isolé. Pendant les weekends, lorsqu’elle rentrait à la maison, Tanja était de bonne humeur et rien ne semblait la déranger ou la contrarier. Elle était satisfaite de ses études et trouvait passionnant de devoir se débrouiller seule dans un « nouveau » monde à 18 ans.

Recherches

Les recherches de la police, à l’aide de la brigade canine et d’un hélicoptère, ont également été infructueuses. Depuis lors, la disparition de Tanja Groen a fait couler beaucoup d’encre, des centaines d’appels ont été vérifiés, d’innombrables personnes ont été entendues, observées et écartées, on a creusé et dragué les eaux, des appels ont été lancés, des articles et des livres ont été publiés, des reportages télévisés ont été réalisés et, en désespoir de cause, des personnes ont même écouté des médiums, mais rien n’a donné. Pas une trace ni un signe de Tanja. Rien n’a été retrouvé. Jusqu’à maintenant.

Regardez ici des fragments de Peter R. de Vries, reporter en affaires criminelles – 1996

Dans les vidéos :

  • Les faits, la reconstitution de l’itinéraire que Tanja aurait emprunté et les scénarios possibles.
  • L’auteur du crime ? Qui était Wim Smulders ? Qu’est-ce qui le rend suspect ?
  • Les parents de Tanja dans le studio, leur constante incertitude. Déjà à cette époque.
  • Le témoin qui a rapporté à Peter R. de Vries après la diffusion.

Pour afficher les sous-titres en français :

  • lancer la vidéo
  • activer les sous-titres (en bas de la vue du lecteur)
  • cliquer sur l’engrenage (à côté de l’icône de sous-titre)
  • puis choisir la traduction automatique
  • sélectionner alors Français dans la liste

Le fossoyeur Wim Smulders

Bien que Wim Smulders soit décédé depuis, son nom figure toujours en bonne place sur la liste des suspects possibles.

Ouverture d’une tombe

Fin janvier 2020, le ministère public a fait ouvrir une ancienne tombe au cimetière près de Maastricht.

Les médias

De nombreux médias (régionaux) ont régulièrement rendu compte des développements entourant la disparition de Tanja depuis 1993.

{

Il faut que les choses soient claires, peut-être ne sera-t-il pas possible d’attraper le coupable, mais on doit savoir ce qui est arrivé à Tanja, c’est ce à quoi ont droit ses parents et sa famille.

PETER VAN HEUGTEN – ANCIEN ENQUÊTEUR SUR L’AFFAIRE DE TANJA